Séance du 23 février 2023

Alice Guy au prisme du genre : enjeux, difficultés, méthodologies, par Coraline Refort

Alice Guy et un Kinora, Pamela B. Green, Be Natural, 2018.

Séance à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art, rue Vivienne (1er étage).

Comment la carrière et la figure d’Alice Guy ont-elles été présentées, analysées et divulguées jusqu’à aujourd’hui ? Pourquoi et comment les gender studies ont-ils été un facteur clé dans la connaissance de son travail ? Cette communication souhaite aborder l’historiographie occidentale de la première metteure en scène de films à travers le prisme des gender studies. L’interprétation de la carrière d’Alice Guy a connu différentes phases interprétatives bien distinctes à partir des années 10 jusqu’à aujourd’hui, en s’éloignant souvent de la trajectoire évolutive des études du genre universitaires. L’objectif sera de souligner les moments clés de
l’historiographie de la réalisatrice pour mieux saisir les enjeux méthodologiques et épistémologiques liés à la figure d’Alice Guy en France, qui restent encore profondément déterminés par les women et gender studies qui s’en sont emparés et par la position ambigüe du monde universitaire.

Coraline Refort est doctorante en Histoire du cinéma à l’Université de Florence,
en cotutelle avec l’Université La Sorbonne Nouvelle. Ses directeurs de recherche sont Cristina Jandelli en Italie et Laurent Véray en France. Sa thèse porte sur la filmographie française d’Alice Guy et sur l’analyse des personnages féminins à travers le prisme de la culture visuelle. Elle a remporté le prix « Fotogramma » 2020 du meilleur mémoire de maîtrise d’études cinématographiques d’Italie, décerné par l’AIRSC (Associazione Italiana per le Ricerche di Storia del Cinema, fondée en 1964).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphanie-Emmanuelle Louis (30 janvier 2023). Séance du 23 février 2023. Histoire culturelle du cinéma. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pld7


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search