Séance du 13 avril 2023

Christine Pascal sur le tournage de son premier film comme réalisatrice, Félicité (1979). Photographie d’Etienne George, 1er juin 1978.

En quête de soi: écriture de l’intime et performances de genre au prisme du travail créatif, des réceptions médiatiques et du Journal personnel de Christine Pascal, par Thomas Pillard

Séance à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art, rue Vivienne

Christine Pascal (1953-1996) a marqué le cinéma français par ses talents précoces et multiples, sa personnalité frondeuse et à fleur de peau, l’intensité passionnée de ses incarnations et de sa vision des troubles de l’amour, du désir et de la sexualité. Après des débuts remarqués devant la caméra, l’expérience de coécrire le scénario des Enfants gâtés (Tavernier, 1977) ainsi que l’insatisfaction vis-à-vis de son métier d’actrice la convainquent de s’emparer des moyens de création cinématographique afin de tourner Félicité (1979), premier film dont la radicalité et l’accueil controversé contribueront à maintenir sa carrière dans une forme de marginalité. Cette difficile quête d’émancipation constitue un terrain d’investigation d’autant plus privilégié pour mener une réflexion sur la notion de genre en histoire culturelle du cinéma, au prisme du concept de « performance de genre » de Judith Butler, que Christine Pascal a tenu dès l’adolescence et durant toute sa vie un Journal personnel dédié à ses questionnements les plus intimes, à son rapport vital à l’écriture et, par ce biais, à sa « recherche d’identité ». Cette communication mettra en regard l’étude de cette source inédite conservée dans les collections de l’APA (Association pour l’autobiographie) avec celle de son travail créatif et de ses réceptions médiatiques, en s’efforçant de mettre en avant les questions méthodologiques posées par et au fil de la recherche.

Thomas Pillard est maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle et membre de l’IRCAV. Associant histoire culturelle et études culturelles, ses recherches explorent l’histoire et les usages sociaux du cinéma en France, les relations entre cinémas populaires et cultures médiatiques, ainsi que les pratiques de réception des publics audiovisuels. Auteur des ouvrages Le Film noir français face aux bouleversements de la France d’après-guerre, 1946-1960 (Joseph K, 2014), Bertrand Tavernier – Un dimanche à la campagne (Atlande, 2015) et Le Quai des brumes de Marcel Carné (Vendémiaire, 2019), il co-dirige depuis 2020 avec Gwénaëlle Le Gras la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias.



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2023, 4 avril). Séance du 13 avril 2023. Histoire culturelle du cinéma. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pldc

Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search