Programme du colloque “Loin d’Hollywood? Cinématographies nationales et modèle hollywoodien, 1925-1935”

Colloque HiCSA / Cinémathèque de Toulouse

Le 11 – 12 mars 2010

Coordination scientifique: Christophe Gauthier, Anne Kerlan, Dimitri Vezyroglou
 

Alors que, dès la fin des années 10, les stars incarnent sur les écrans du globe un nouveau système de représentations établi depuis une petite bourgade des environs de Los Angeles, l’industrie cinématographique européenne fait le deuil de sa prééminence passée. Pendant la dernière décennie du muet, le cinéma français, de premier du monde avant la Grande Guerre, est relégué au second, voire au troisième rang derrière une industrie allemande conquérante. De jeunes cinématographies nationales voient le jour, en Union soviétique comme en Chine. Toutes font face, d’une manière ou d’une autre, à la puissance hollywoodienne, présente aussi bien à Shanghaï que dans les salles de Moscou, de Berlin ou de Paris. En somme, un modèle est né qui ne cessera d’influer sur le cours du cinéma mondial jusqu’au siècle présent.

Cette année, le colloque de Zoom Arrière – organisé dans le cadre de l’ANR « Loin d’Hollywood : histoire culturelle du cinéma, 1927-1933 » – propose de s’arrêter sur une décennie cruciale dans l’histoire du cinéma – correspondant au passage du muet au parlant – afin d’y examiner le poids des circonstances historiques, économiques et culturelles dans l’évolution de diverses industries cinématographiques. Au moment où France, Allemagne, Union soviétique et Chine connaissent, à des rythmes et selon des calendriers différenciés, une mutation sans précédent, nous avons souhaité nous interroger sur les adaptations et les réponses techniques, institutionnelles, formelles et esthétiques de cinématographies nationales non américaines dans leur rapport au modèle hollywoodien.


Aux États-Unis, malgré la grande crise de 1929, les sociétés de production tirent les bénéfices de la nouvelle technique. Qu’en est-il dans les quatre pays considérés dans ce colloque ? On sait par exemple que pour certains pays la transition fut plus lente, d’où la proposition d’une période large allant de 1925 à 1935. Par ailleurs, aux États-Unis toujours, la généralisation du parlant donne lieu à la fixation des genres du cinéma classique hollywoodien. Alors que les transferts culturels sont extrêmement denses, entre les États-Unis et l’Europe, entre l’Allemagne et les États-Unis, entre les États-Unis et la Chine, entre l’Europe occidentale et l’Union soviétique, qu’en est-il de l’évolution des formes cinématographiques en Allemagne, en France, en Union soviétique et en Chine ? Enfin, dans un contexte général de fin de prospérité et de surgissement de la crise économique, quelles conséquences les transformations politiques profondes qui affectent tous les pays considérés ont-elles sur les productions cinématographiques ?

En regard de ces débats, notre choix sélectif de films est emblématique des évolutions, voire des errements, de structures cinématographiques (privées ou étatiques, au mains d’entrepreneurs ou d’auteurs) qui construisent des objets hybrides et passionnants, adossés au modèle hollywoodien comme aux représentations nationales nécessaires à l’attraction d’un public local. Films de stars, dont les figures se renouvellent sensiblement entre 1925 et 1935, de Raquel Meller à Danielle Darrieux et de Jaque-Catelain à Jean Gabin ; films de genre qui, pour être nés avant la généralisation du sonore, connaissent une formidable efflorescence à partir du début des années 30, à l’image de L’Opéra de Quat’sous de G. W. Pabst, présenté ici dans sa rare version française ou des Joyeux garçons de Grigori Alexandrov ; films témoins des transferts culturels à l’oeuvre, dans l’élan hollywoodien, mais aussi contre Hollywood (Kuhle Wampe de Slatan Dudow par exemple) ; film symptôme de la déshérence d’une acception singulière du cinéma enfin (La Fin du monde d’Abel Gance). L’ensemble de films chinois des années 30, présenté par ailleurs, vient enrichir de perspectives nouvelles ce panorama d’une industrie en plein bouleversement, mais qui édifie à sa manière, dans chacun des pays considérés, l’âge classique du cinéma

Présentation du colloque par Christophe Gauthier, Anne Kerlan et Dimitri Vezyroglou.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphanie-Emmanuelle Louis (10 mars 2010). Programme du colloque “Loin d’Hollywood? Cinématographies nationales et modèle hollywoodien, 1925-1935” Histoire culturelle du cinéma. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pl8f


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search