La caméra et le train : filmer la modernisation japonaise à Taiwan dans les années 1930

3 décembre 2011

par Wafa Ghermani (Université Paris 3)

Synthèse

Taïwan devient une colonie japonaise en 1895, après la défaite de la Chine contre le Japon, au moment même de l’apparition du cinéma. Outre le fait que les historiens du cinéma se disputent pour savoir qui de la Chine, du Japon ou de Taïwan a été le premier à connaître l’expérience cinématographique, le cinéma documentaire a été une arme de la propagande japonaise tournée aussi bien vers la métropole que la colonie elle-même.
Il est frappant de constater que le cinéma de fiction a été très peu développé alors que Taïwan a été le sujet de nombreux documentaires, une situation assez donc différente de la Corée où le cinéma de fiction a été important. En effet, Taïwan occupe un statut particulier dans l’imaginaire collectif japonais de l’époque. C’est à la fois une île répondant à l’idéal du 南國 (nankoku, le pays du sud) effrayant et sauvage, aux couleurs et à la nature violentes, peuplée de sauvages (en l’occurrence les Aborigènes),  mais c’est également un territoire qui perd assez rapidement son attrait exotique, face à la Mandchourie en particulier,  tant l’imposition de la culture japonaise y est un succès. Dans ce contexte, les documentaires, en particulier dans les années 1930, tournés au moment du kominka[1] laissent de côté les sujets autrefois mis en avant : les Aborigènes « sauvages », la beauté de la nature, pour se concentrer sur la modernité de cette colonie modèle présentée parfois comme encore plus avancée que la métropole japonaise.
Dans ces films, la caméra-témoin va souvent de pair avec le train. Le train est à la fois un sujet privilégié mais également un support utilisé de façon récurrente dans les films de ces années.
Dans cette présentation je souhaiterais m’appuyer principalement sur le documentaire de propagande 南進台灣 (The Southern Advance to Taiwan) et certains fragments de documentaires encore conservés[2] pour montrer comment le train, la caméra, le mouvement – des voitures, des trams – en général participent au projet colonial et impérial. Il s’agit d’utiliser la technologie moderne à la fois comme un moyen de maîtriser un territoire imaginé souvent comme hostile – la dernière grande révolte aborigène a lieu en 1930 – et de faire montre de la modernisation modèle de cette île, exhibée comme argument de légitimation de la puissance impériale en Asie du Sud-Est.

Présentation de l’auteur

Etudiante en doctorat d’histoire du cinéma à la Sorbonne Nouvelle (Paris III) et à l’Université Jean Moulin (Lyon III). Doctorat consacré à « Cinéma et identité nationale : le cas de Taiwan de 1895 à nos jours ».

Auteur de :
– « Une opposition de styles : Note de recherche : Sur deux festivals du cinéma asiatique en France », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 161-162, 2006, p. 116-121
– « Histoire(s) du cinéma taïwanais », in  Monde chinois, n° 17, printemps 2009, p. 21-28
– « Qu’est-ce que le cinéma taïwanais ? » in Taiwan Cinema / Le Cinéma Taiwanais, Corrado Neri & Kristie Gormley (ed.), collection « Asian Collection », Asiexpo, Lyon, 2009
– « Taiwan et son patrimoine… cinématographique », Monde Chinois, n° 22, été 2010, p. 105-109.


[1] Mouvement d’impérialisation qui s’accélère à partir de 1937, avec obligation de l’utilisation de la langue japonaise, l’adoption de nom japonais et bien sûr l’enrôlement dans l’armée impériale.
[2] « The Southern Advance to Taiwan » a été édité en DVD par le Musée d’histoire de Taiwan, les autres fragments sont conservés aux Taipei Film Archives. Il est cependant, assez difficile de dater avec exactitudes ces films.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.