Séance du 11 mars 2021

Films et péripéties militantes entre France et Italie dans les années 1960-70, par Federico Lancialonga.

Séance à distance à partir de 18h. Le lien virtuel vous sera envoyé la veille de la séance, après inscription à l’adresse suivante hcc2020@chartes.psl.eu. Inscriptions souhaitées au plus tard le 10 mars. Les personnes inscrites aux précédentes séances se verront automatiquement envoyer les informations de connexion.

Sélection de bobines retrouvées à Rome en 2017.

En 2017, on retrouvait dans les locaux de l’AAMOD (Archivio audiovisivo del movimento operaio e democratico) de Rome des dizaines de boîtes de pellicule conservant des images filmées en France pendant Mai 68. Des plans des usines occupées, de la Sorbonne, de l’Odéon en assemblée ou de l’Atelier populaire de l’ex-école des beaux-arts somnolaient parmi les archives audiovisuelles de l’ex Parti communiste italien. Que faisaient-elles si loin de leur lieu de tournage ?

On sait que l’histoire du cinéma français et italien de l’après-guerre est aussi l’histoire des innombrables coproductions entre les deux pays. À partir du milieu des années 1960, en parallèle de Cinecittà et des plateaux de tournage parisiens, se construit un réseau d’entraide entre collectifs et cinéastes militants. La découverte des bobines françaises à Rome n’est que la pointe de l’iceberg d’une décennie de coopérations et péripéties cinématographiques et politiques entre la France et l’Italie.

Federico Lancialonga est doctorant en Études cinématographiques et enseignant ATER à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (ED. 279 APESA). Il prépare une thèse sur le documentaire politique italien des années 1960-1970, sous la direction de Vincent Amiel et Sébastien Layerle. Chercheur associé à la Cinémathèque française, son travail a fait l’objet de communications diverses (Université Paris-Nanterre ; ENS Louis-Lumière), ainsi que de publications pour différentes revues françaises et italiennes (CinémAction, Studi Culturali, Alias, Zapruder). Depuis 2018, il est membre du conseil d’administration de l’association de recherche en histoire du cinéma Kinétraces.


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.