Séance du 15 avril 2021

Les illusions du marché. Cinéma, « nouveautés » et grands magasins parisiens, par Stéphane Tralongo

Séance à distance à partir de 18h. Le lien virtuel vous sera envoyé la veille de la séance, après inscription à l’adresse suivante hcc2020@chartes.psl.eu. Inscriptions souhaitées au plus tard le 14 avril. Les personnes inscrites aux précédentes séances recevront automatiquement les informations de connexion le matin du séminaire.

Eugène Atget, vue de la rue Saint-Jacques (détail), 1903, Musée Carnavalet, PH6365

Cette étude propose de revenir au pacte initial que le cinéma scella, dès le tournant des années 1900, avec le grand magasin, sur les bases d’une alliance féconde entre commerce et illusion. Suivant les termes de ce pacte, tout spectateur représentait en puissance un acheteur, mais aussi toute spectatrice une acheteuse, et vice versa. Revenant aux souvenirs nostalgiques qui entourent l’évocation du cinéma des Grands Magasins Dufayel, nous suggérons d’abord que les normes d’exhibition des films dans cet espace commercial ont pu constituer un modèle au moins aussi influent que celui des séances du Grand Café. Au gré d’une déambulation dans les rues de Paris saisies par le photographe Eugène Atget, nous montrons ensuite que le cinéma bénéficia du service d’affichage publicitaire des Grands Magasins Dufayel, suivant une logique de promotion qui passa progressivement de la valorisation d’une machine à celle de films. Franchissant enfin le seuil des Grands Magasins Dufayel à l’aide de sources primaires, nous situons le cinéma à l’intérieur d’un espace commercial où les plaisirs de la flânerie étaient structurellement orientés vers l’achat et la consommation.

Docteur ès Lettres et arts, Stéphane Tralongo est l’auteur d’une thèse sur l’émergence du spectacle cinématographique dans le contexte des spectacles de scène à Paris. Il est actuellement enseignant-chercheur à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Ses recherches portent sur les cultures spectaculaires, le cinéma des premiers temps et l’histoire des techniques du cinéma. Il a récemment publié « Georges Méliès » dans les Oxford Bibliographies in Cinema and Media Studies (Krin Gabbard, dir., 2019), « Fantasmagories électriques. Eugène Frey, Loïe Fuller et le cinéma » dans le catalogue d’exposition João Maria Gusmão introduces Eugène Frey (Célia Bernasconi et François Piron dir., 2020) et « Dévorées des yeux. Performance des féminités africaines et consommation visuelle des corps » dans le catalogue d’exposition La parade monstrueuse (Marc Atallah dir., 2020).


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.