Séance du 3 juin 2021

De la grève du katsudon au mouvement Anpō Hantai : le studio d’animation Tōei Dōga dans le tumulte des années 1960 au Japon, par Marie Pruvost-Delaspre

Séance à 18h. Le format de la séance sera précisé ultérieurement et après inscription à l’adresse suivante hcc2020@chartes.psl.eu. Inscriptions souhaitées au plus tard le 2 juin. Les personnes inscrites aux précédentes séances recevront automatiquement les informations la veille du séminaire.

Département animation de la Tôei, vers 1960, source : Tôei Gallery

En 1956, la Major japonaise Tôei se dote d’un département d’animation, nommé Tôei Dôga, que son président Hiroshi Ôkawa espère transformer en « Disney de l’Orient ». Ce projet s’incarne dans la production du premier long métrage animé en couleur du Japon, Le Serpent blanc (1958). Rapidement considéré comme un pilier de l’industrie locale de l’animation commerciale, le studio est pourtant tout aussi vite traversé par des crises internes, où s’entremêlent tensions entre la direction et les employés, conflits syndicaux et divergences artistiques sur les orientations choisies. Cette intervention se propose d’aborder une période de l’histoire du studio où ces tensions culminent, en s’interrogeant sur les enjeux relatifs au contrôle de la production et à la hiérarchie des postes créatifs, conjointement avec le contexte social et politique de profonds bouleversements que connaît le Japon des années 1960. Deux cas d’étude seront ainsi mobilisés, l’un relatif au contexte de production du long métrage Les Voyages Spatiaux de Gulliver (1965), l’autre à la constitution au sein du studio de l’association Anidô en 1967 et l’émergence d’un idéal de système de production « démocratique ».

Marie Pruvost-Delaspre est maîtresse de conférences au département cinéma de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et membre du laboratoire ESTCA, où ses recherches portent sur les cinémas japonais et d’animation ainsi que sur l’histoire des métiers et des techniques. Sa thèse a récemment fait l’objet d’un ouvrage, intitulé Aux sources de l’animation japonaise : le studio Tôei Dôga, 1956-1972 (Presses Universitaires de Rennes, 2021). Elle a publié plusieurs articles prenant pour objets l’animation et le cinéma japonais et co-dirigé différents ouvrages, dont L’Animation japonaise en France (2016) et Goldorak, l’aventure continue (2018).


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.