Séance du 25 novembre 2021

Séduction de l’innocent. Conditions d’émergence et enjeux des pratiques d’encadrement cinématographique de la jeunesse, par Roxane Hamery

Séance à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art, rue Vivienne (pensez à vérifier les conditions d’accès au vu des directives sanitaires). Merci de signaler votre présence à l’adresse suivante hcc2020@chartes.psl.eu.

Extrait de : Regards, 5 avril 1946.

Éducative, récréative, culturelle… l’effet cumulatif suscité par la succession de ces trois mots, régulièrement, et souvent indifféremment, employés pour caractériser la séance de cinéma pour l’enfance ou la jeunesse, pourrait laisser supposer un principe fort et une ambition totalisante, alors que ce type d’organisation relève d’une mission sociale perçue comme fondamentale. Sans doute cette trinité a-t-elle revêtu et revêt-elle d’ailleurs encore un aspect idéel pour beaucoup d’experts.

Pourtant, dès lors qu’il se penche sur l’histoire des pratiques cinématographiques des groupements de jeunesse, le chercheur se trouve confronté à une diversité d’usages et de définitions touchant aussi bien aux conceptions de l’enfance/de la jeunesse qu’à celles du cinéma. Partant de trois personnalités phares de ces mouvements (Sonika Bo, Marie Lahy-Hollebecque et Jean Michel), cette communication propose donc d’analyser les conditions d’émergence et les enjeux des pratiques d’encadrement cinématographiques de la jeunesse afin de mettre en évidence l’existence de différents courants, parallèles ou opposés.

Roxane Hamery est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Ses recherches portent notamment sur les lieux de diffusion culturelle du cinéma et les relations entre jeunesse et cinéma. Elle est notamment l’auteure de Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960, Paris, AFRHC, 2017. Elle travaille actuellement sur l’histoire du cinéma pour l’enfance et la jeunesse en France (films et séances).


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.