Séance du 3 février 2022

Les opérateurs de prise de vues cinématographiques en France au prisme de leur histoire syndicale et associative (1908-1928), Priska Morrissey

Séance à 18h EN LIGNE. Merci de vous inscrire à l’adresse suivante pour recevoir le lien Zoom: hcc2020@chartes.psl.eu.

“L’opérateur de Klairval [Paul Toupet de Klairwal] du Pathé-Journal prenant un groupe d’indigènes, au cours du voyage de M.Millerand en Afrique du nord”, Mon Ciné, n°62, 26 avril 1923

Associations, unions et syndicats participent pleinement au processus de professionnalisation d’un métier. L’histoire de ces groupements révèle et témoigne de processus identitaires où l’identité d’un collectif est amené à s’affiner, à s’affirmer et se construire. Dans cette communication, nous reviendrons sur l’histoire des groupements syndicaux et associatifs des opérateurs de prises de vues cinématographiques, en France, entre 1908 et 1928. Nous verrons en quoi leurs titres, leurs objets et leurs activités permettent de traverser et d’éclairer une histoire du métier d’opérateur, depuis l’indistinction entre opérateur de prise de vues et opérateurs de projection (premier syndicat en 1908) jusqu’à l’apparition d’un syndicat rassemblant les uniques reporters (photo et cinéma) au milieu des années 1920, témoignant des revendications d’une singularité des opérateurs spécialisés dans les actualités.

Priska Morrissey est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2, membre de l’unité de recherche Arts : Pratiques et Poétiques (EA3208) et chercheuse associée à l’UMR Thalim (CNRS, ENS, Paris 3). Historienne du cinéma, elle a récemment codirigé deux ouvrages collectifs, publiés aux Presses universitaires de Rennes : Filmer la peau, avec Emmanuel Siety (2017) et Les Arts et la Télévision : discours et pratiques, avec Eric Thouvenel (2019). En 2021, elle publie chez l’AFRHC Les As de la manivelle : le métier d’opérateur de prise de vues cinématographiques en France (1895-1930).


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.