Séance du 19 mai 2022

Relire l’histoire du cinéma en France au prisme du féminisme : enjeux historiographiques et méthodologiques, par Hélène Fleckinger

La vidéaste féministe Ioana Wieder devant un magnétoscope demi-pouce. Photographie : Monique Duriez.

Séance à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art, rue Vivienne (1er étage).

Centrée sur un travail de recherche en cours, cette communication propose d’aborder les enjeux historiographiques et méthodologiques que soulève le geste de relecture de l’histoire du cinéma au prisme du féminisme, à partir de l’exemple de la France. Si la décennie 1970, marquée par l’apparition du Mouvement de libération des femmes, représente un moment charnière pour les approches féministes du cinéma, sous un angle théorique et pratique, il s’agira toutefois ici d’interroger la place des femmes dans tous les secteurs et métiers du cinéma, sur un long XXe siècle, en tant qu’actrices sociales engagées au cœur du processus de création, production, diffusion, réception des œuvres. En s’appuyant sur des études de cas et une analyse concrète des sources, cette intervention sera aussi l’occasion d’évoquer un projet éditorial ancré dans les humanités numériques : une Encyclopédie des femmes cinéastes et collaboratrices de création en France, évolutive et collaborative.

Historienne du cinéma et de la vidéo, Hélène Fleckinger est maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, actuellement en délégation CNRS au sein du LEGS (UMR 8238). Autrice d’une thèse sur les rapports entre cinéma, vidéo et féminisme (France, 1968-1981), spécialiste des pratiques et usages de la vidéo légère, elle s’intéresse aussi à l’apport des humanités numériques aux études cinématographiques et dirige, avec Nadja Ringart, le projet éditorial « Bobines féministes ».


Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.