Séance du 8 février 2024

Comment détecter les stéréotypes de genres dans les représentations de la violence dans les films muets ? Corpus, sources et méthodologie, par Anne Bléger

Séance à 18h à l’Institut national d’histoire de l’art, rue Vivienne.

Rue de la Paix, Henri Diamant-Berger, France, 1926.

L’objet de ma thèse est d’analyser la manière dont les femmes qui commettent des actes violents sont mises en scène dans les films des années 1920. Il s’agit de voir en quoi ces représentations cinématographiques révèlent, chacune à leur façon, en fonction des types de violences et des profils des interprètes, les peurs d’une époque face à l’évolution de la place des femmes au sein d’une société patriarcale fragilisée au lendemain de la Première Guerre mondiale. 

À partir d’un corpus de 1 839 fictions produites entre 1914 et 1929, j’ai donc recensé 558 personnages féminins violents, 636 personnages masculins violents et 27 groupes mixtes violents. 

Cette intervention abordera la méthodologie adoptée pour effectuer ce recensement et les outils mobilisés pour parvenir à une analyse comparative précise des représentations cinématographiques de la violence féminine et masculine afin de déceler des stéréotypes de genre.

Anne Bléger est docteure associée du Centre d’histoire du XIXe siècle (axe ISOR) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, sous la direction de Myriam Tsikounas, soutenue en 2023, est consacrée aux représentations de la violence féminine dans le cinéma français des années 1920. En avril 2024, l’ouvrage collectif qu’elle a codirigé avec Myriam Tsikounas, La Fabrication des vedettes par la presse. Petits arrangements avec la biographie, sortira aux PUR. Anne Bléger est également web-éditrice à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou.



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2024, 19 janvier). Séance du 8 février 2024. Histoire culturelle du cinéma. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmhi

Auteur/autrice : Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search